Avoir le temps de prendre le temps

mots de marie-pier côté, entraîneuse en chef de Québec

article mp.jpg

On t’apprendra rien dans cette amorce d’article: la vie va VITE. Entre le boulot, les obligations, les rendez-vous, l’entretien du réseau social et tout et tout, la phrase « J’AI PAS L’TEMPS » revient plus souvent qu’autrement. Et le manque de temps, ça ne va pas bien avec le contentement (même si ça rime !).

 

On t’apprendra rien ici non plus: on a tous 24h dans une journée. (Si tu sais où t’en procurer plus par contre tu serais bien gentille de nous indiquer où, mercé)

Pourquoi alors certaines personnes semblent être en mesure d’en faire plus que toi ?

Prenons tout d’abord un temps d’arrêt ici, mon amie, pour te conseiller d’arrêter de te comparer. T’as sûrement des capacités de rock star toi aussi que seuls les gens externes voient. L’être humain est fait comme ça: le gazon est toujours plus vert chez le voisin. Le truc, par contre, c’est de regarder ton gazon à toi - et seulement ton gazon - pour voir comment tu pourrais le nourrir afin qu’il verdisse. Parce qu’on s’entend que ce n’est pas en regardant le gazon du voisin que le tien va verdir. Capiche ?

Parenthèse conclue, reste que chacune peut toujours améliorer la gestion de son temps afin de pouvoir y inclure plus de choses qui le rend #contente. Et comme notre mission est de te rendre le plus contente possible, voici quelques trucs pour y arriver!


 

1.« J’ai pas le temps » versus « J’ai pas pris le temps »

Ça peut paraître simple, mais c’est fou comme le mental a beaucoup à jouer dans des situations comme ça! En changeant tous les « J’ai pas le temps » par des « J’ai pas pris le temps », ça fait prendre conscience que c’est toi qui as le contrôle sur ton horaire: tu en es responsable. En effet, en réalité, il est souvent faux de dire que « t’as pas eu le temps » d’aller souper avec tes amis depuis un moment; tu n’as simplement pas pris le temps de le faire, tu as priorisé autre chose. En prenant conscience de la responsabilité que tu as face à la gestion de ton temps, tu réaliseras que c’est toi qui as le choix de ce que tu inclus par priorité dans ton horaire (ce qui nous amène au point 2).

 

2. Tes priorités à toi, c’est quoi?

T’as déjà pris le temps de faire la liste de ce qui t’amenait le plus de contentement dans ta vie? Si la réponse est non, on te conseille fortement de le faire. Dresse-toi un top 3 des choses que tu désires prioriser dans ton horaire afin de vivre un maximum de contentement. Que ce soit l’entraînement, le temps en famille ou entre amis, le travail ou autres: identifie ce qui te donne le sentiment de te réaliser et de profiter de la vie pleinement. Ce sont par la suite ces choses-là que tu dois mettre en priorité dans ton horaire (ce qui nous amène au point 3 - non mais c’est tu pas bien fait!).

 

3. Planifie un tipeu

Prévois du temps pour les choses qui te rendent contentes en plaçant en premier dans ton horaire les blocs nécessaires à l’accomplissement des priorités établies à l’étape précédente. En agissant ainsi, tu t’assures de réserver du temps pour les choses qui comptent vraiment pour toi: tu décides de prendre le temps pour ce qui compte réellement. Si prendre du temps entre amis est une priorité établie précédemment, tu verras que tu trouveras le temps beaucoup plus facilement que tu ne le pensais ;)

 

4. Prévois du temps avec rien de prévu (c’est logique non?)

Parce que t’as bien beau être super organisée, c’est sûr que t’oublies certains trucs. Avoir du temps avec rien de prévu, ça donne l’opportunité de compléter ces petits trucs là, ou bedon juste de RE-LA-XER. Parce que de prendre des pauses, c’est aussi important que le reste. En effet, si on peut ici faire un parallèle avec l'entraînement, c’est durant les périodes de repos que se fait le progrès , et c’est pareil pour le reste. C’est en effet lors des temps de pause - lorsqu’on libère le subconscient pour qu’il ait faire son travail - qu’on progresse le plus. Souviens-toi de lorsque tu étais jeune et que tu buchais sur un problème de mathématique et que la réponse te sautait soudainement aux yeux après un temps de pause. C’est un parfait exemple du travail accompli par le cerveau lorsqu’on lui laisse le temps de « mijoter » une situation, et ça peut s’appliquer à toutes les sphères de ta vie ! Alors oui, c’est productif de prendre des pauses. Assure-toi donc de prévoir du temps pour pouvoir le faire :) Si par ailleurs tu es intéressée à en savoir davantage sur l’importance du repos, on te suggère cet article.


 

Et si on peut conclure cet article-là d’une façon intelligente, c’est en te rappelant deux choses:

  1. Bien qu’il soit important que tu prennes du temps pour toi et que tu priorises ce qui te rends heureuse, ça ne veut pas dire que tu ne dois jamais faire de sacrifice. Parfois, pour progresser, il faut investir un peu de temps et d’énergie sur des choses moins plaisantes sur le coup, mais qui nous rapprochent d’un objectif auquel on tient au final. En gros, ça vaut parfois la peine de penser à la big picture ;)

  2. L’important dans tout ça, c’est que tu fasses de ton mieux et que tu laisses aller le reste.