Les entrainements matinaux : Pourquoi c'est de la bombe et comment les intégrer à ton horaire cet été

 

La température se faisant de plus en plus clémente, la saison des terrasses et des 5 à 7 bat son plein. On se rend au bureau avec notre sac de sport sous le bras et la ferme intention de s’entraîner après le boulot. Puis, on rentre à la maison bredouille, le sac de sport intouché et le sentiment que ce ne sera pas la dernière fois qu’un happy-hour-sur-terrasse-ensoleillée-avec-collègues-enjoués prendra la place de l’entraînement.

La bonne nouvelle, c’est qu’avec ce problème (si on peut appeler ça ainsi) vient une solution ! Parallèlement à la saison des terrasses, notre ami le soleil se sent de plus en plus matinal, facilitant ainsi notre réveil et, par la même occasion les entraînements matinaux (ladite solution).


Les entraînements matinaux, on adore !

En plus de commencer tes journées en force et en beauté, les entraînements matinaux favorisent la constance. Les happy hours impromptus se font beaucoup plus rares aux petites heures du matin, te garantissant ainsi une plus grande assiduité à tes entraînements quotidiens.

Puis, avec tout l’oxygène et les nutriments envoyés à tes muscles et à ton cerveau lors de ta bougeotte matinale, tu t’assures un maximum d’énergie pour le reste de la journée. Productivité, concentration et humeur charmante seront tes alliées de tous les jours.

En plus, il y a quelque chose d’unique et d’apaisant dans le fait de se lever avec le soleil. Il fait bon vivre à l’aube, la ville est paisible et la température est douce et fraîche (pratique pour les journées de canicule).

Sans parler du fait que tu te sentiras inévitablement badass. Allo, la moitié de la ville dort encore et toi, tu as déjà fait ton entraînement. C’est un sentiment assez extraordinaire que d’accomplir quelque chose avant 8h le matin. Rien ne te prépare à affronter la vie comme courir 5km avant le déjeuner, même pas un café.

 

Astuces pour intégrer les entrainements matinaux à ton horaire cet été

 1-    Couche-toi

Si tu veux commencer à te lever avec monsieur Sunshine pour t’entraîner, la première chose que tu devras faire sera de te coucher et ce, à une heure raisonnable. Essaie de viser pour un voyage au pays des rêves d'une durée de 7,5 à 8,5h. Ce truc peut sembler anodin, mais plusieurs oublient ce détail : Les « lève-tôt » ne possèdent pas de pouvoir magique, ils s’avèrent tout simplement à être aussi des « couche-tôt ». L’exercice, l’alimentation et le sommeil sont les trois blocs fondateurs d’une bonne santé. Ils sont tous trois essentiels et interdépendants. En négliger un (le sommeil) pour en avantager un autre (l’exercice) est contre-productif.  De toute façon, te coucher tôt rendra ton réveil (et ton entraînement) nettement plus agréable. Bonus : Si tu réussis à intégrer les entrainements matinaux à ta routine, tu auras beaucoup plus de facilité à t’endormir le soir !

 

2-    Élimine les embûches

À l’aube, l’environnement externe à ton lit douillet parait hostile et ta motivation ne tient qu'à un fil. Tes chances de retourner au lit augmenteront drastiquement si en plus de devoir en sortir pour aller t’entraîner, tu dois te claquer une chasse au trésor pour trouver tes bas. Pour éviter une telle situation, prépare tous tes effets la veille de façon à ce que tu n’aies pas à réfléchir une seconde le matin venu. Choisis tes vêtements de sport et dispose-les sur le canapé avant de te coucher. Si tu aimes boire un café avant de t’entraîner, prépare-le d’avance de sorte que tu n’aies qu’à pousser sur le bouton en te levant. L’idée c’est de prévoir un chemin simple et sans embûche entre ton oreiller et tes souliers de courses.

 

3-     Deux alarmes plutôt qu'une

Ça c’est cool comme truc et c’est très facile. Il suffit de mettre deux alarmes. Une 15 minutes précédent l’heure fatidique de ta sortie de lit, et une à l’heure prévue pour la dite sortie. Quand la première alarme retentit, c’est seulement pour t’aviser qu’il te reste encore 15 géantes et délicieuses minutes de végétation sous les couvertures (je vous l’avais bien dit que c’était cool ce truc). Par le temps que la deuxième alarme, la vraie, se décide à sonner, tu seras oh-combien plus disposée à attaquer ton entraînement et ta journée !

 

4-     NE PAS RÉFLÉCHIR

Okay. Ton entraînement matinal est une des rares situations où il sera DE LOIN préférable de ne pas réfléchir avant d’agir. Quoi que tu fasses, surtout, ne réveille pas ton cerveau avant de commencer ton entraînement. Il est rusé, si tu le laisses s’activer, il trouvera assurément une excuse pour que tu puisses rester au lit. Ne le laisse pas faire. Pour ne pas le réveiller, reste bien ancré dans le moment et évite de penser à l’effort imminent.
 
Ex : « Je me lève, je bois un verre d’eau, je m’habille, je mets mes souliers, je marche, AH BEN SACREBLEU JE SUIS EN TRAIN DE M’ENTRAÎNER » - Ton cerveau qui vient de se réveiller.


Bien sûr, sans un peu de volonté, ces tactiques ne suffiront pas. Les entraînements matinaux ne sont pas pour tout le monde, mais ça ne coûte rien d’essayer. Et s’il s’avère que tu as le courage d’essayer, peut-être le bien-être incomparable ressenti après ton entraînement matinal te donnera-t-il la motivation de continuer, qui sait ? 

7 Comments