L'eau de coco dans la vague

Sortir du hot yoga avec une eau de coco en main, ça paraît pas mal. Surtout que Rihanna et Madonna en vantent les bienfaits depuis 2010, année où la boisson tropicale perçait le marché américain tel un tsunami. Mais bon. Puisque l’on ne se laisse pas influencer si facilement par les starlettes, voici un billet qui remet l’eau de coco à la bonne place.

Parenthèse : important de distinguer l’eau de coco du lait de coco. La première provient de jeunes noix vertes qu’un beau grand garçon bronzé de régions exotiques fend à coups de machette (ou – moins romantique - que vous achetez embouteillée en plein hiver dans toute bonne épicerie ethnique ou magasin d’aliments naturels de Montréal). Le lait, quant à lui, est extrait en broyant la chair blanche de la noix de coco mûre et est beaucoup plus riche en énergie (calories) que l’eau. 

 

Ses qualités

L’eau de coco 100% pure ne contient aucun gras et est de 2 à 3 fois moins sucrée que le jus d’orange et le cola. Gros « plus » quand on a envie d’un rafraichissement sans affoler notre glycémie.

 Elle procure aussi un apport intéressant en potassium, un nutriment précieux qui serait sous-consommé par plusieurs Canadiens (1). Pour donner une idée, un verre de 250ml d’eau de coco peut fournir presqu’autant de potassium qu’une banane, selon les marques et la provenance des noix.

 Par ailleurs, l’eau de coco est dite isotonique. Le sucre et les sels minéraux (potassium, sodium, magnésium) naturellement présents sont dissouts dans l’eau de coco en concentration optimale pour être bien absorbée dans le sang et ainsi hydrater le corps efficacement.

 

Ses limites

Composée à 95% d’eau, l’eau de coco pourrait difficilement faire autrement qu’hydrater. Et bien qu’elle soit isotonique, son potentiel hydratant ne seraient pas significativement supérieur aux boissons pour sportifs (dans le genre Gatorade) ni même à l’eau du robinet (2).  

Par ailleurs, si vous vous défoncez lors d’un entraînement, vous perdez des quantités appréciables de sel via la transpiration. Or, l’eau de coco contient surtout du potassium et ne peut remplacer que partiellement les stocks de sodium perdus. Pas dramatique pour un 30 minutes d’elliptique au gym le dimanche. Mais pour un bootcamp de plus d’une heure par une chaude journée d’été, par exemple, une boisson pour sportif commerciale ou faite maison est préférable.

 

Finalement

Bref, on préfère l’eau de coco d’abord parce que c’est un produit naturel non transformé et parce que son goût exotique unique nous plonge dans l’état d’esprit d’un backpacker sur une plage de Thaïlande. Et pour choisir le bon produit parmi les marques qui se multiplient d’une année à l’autre, rien de plus simple que de jeter un coup d’œil aux ingrédients (indice : il ne devrait y en avoir qu’un seul). Cheers guys!  

 

Références 

(1) Santé Canada, Les adultes Canadiens comblent-ils leur besoins en nutriments uniquement grâce à l'alimentation?, 2012, document en ligne, (13/03/14).  

 (2) Kalman, DS et al. Comparison of coconut water and a carbohydrate-electrolyte sport drink on measures of hydration and physical performance in exercise-trained men, Janvier 2012, document en ligne, (13/03/14). 

 Mélanie Olivier, nutritionniste du sport, L'eau de coco, une boisson super star, L’Épicerie, Août 2013, reportage en ligne, (12/03/14). 

Santé Canada, Fichier canadien sur les éléments nutritifs, Noix, eau de noix de coco (liquide de la noix), disponible en ligne, (13/03/14). 

Crédit photo: http://bizmology.wpengine.netdna-cdn.com

1 Comment